La suite d'Histoires du Nord ...

dimanche 18 décembre 2011

les citations obtenues à l'ordre de l'Armée par le 110e RI au cours de la Grande Guerre

In Campagne 1914-1918 - Historique du 110e Régiment d’Infanterie – Librairie Chapelot, Paris


Le Général, commandant la 5e Armée cite à l’ordre de l’Armée le 110e Régiment d’Infanterie :


« Au contact de l’ennemi pendant trente jours, a constamment suivi l’impulsion de ses chefs, le colonel Lévi, commandant de la Brigade, et le colonel Buffet, commandant le Régiment ; s’est ainsi avancé jusqu’au pied des retranchements ennemis contre lesquels il a mené une attaque vigoureuse ».


Le 23 octobre 1914


Le Général commandant la 5e Armée


Signé : FRANCHET D’ESPEREY



Le Général, commandant la 6e Armée cite à l’ordre de l’Armée le 110e Régiment d’Infanterie :


« Le 110e Régiment d’Infanterie, sous l’ardente impulsion de son chef, le lieutenant-colonel Lehagre, s’est emparé dans une série de combats, menés sans interruption du 12 au 25 septembre 1916, de tout un ensemble de points d’appui fortement organisés ; dans la nuit du 25 au 26 septembre, a parachevé l’encerclement de la position ennemie et s’est emparée de toute la partie sud-est, faisant preuve jusqu’au bout, malgré les pertes subies, d’un mordant et d’une vigueur admirables.


A fait 770 prisonniers et capturé un matériel de guerre considérable ».


Le 21 octobre 1916


Le Général commandant la 6e Armée


Signé : FAYOLLE



Le Général, commandant la 1re Armée cite à l’ordre de l’Armée le 110e Régiment d’Infanterie :


« Régiment d’élite, fidèle à son glorieux passé, qui a participé joyeusement à l’offensive du 9 octobre 1917. Sous les ordres de son chef, le lieutenant-colonel Rollet, a établi en quelques instants, sous le feu de l’ennemi, des passages de fortune sur un ruisseau très marécageux qui le séparait de celui-ci et qui constituait un obstacle très sérieux dès sa base de départ. S’est emparé de tous ses objectifs, réduisant à la grenade de nombreux points de résistance énergiquement défendus. S’est cramponné sur le terrain conquis qu’il a rapidement organisé malgré de furieuses contre-attaques de l’ennemi. A capturé 4 officiers, 200 prisonniers, 14 mitrailleuses, 3 canons de tranchée et un nombreux matériel ».


Le 8 décembre 1917


Le Général commandant la 1re Armée


Signé : ANTHOINE



Le Général, commandant la 6e Armée cite à l’ordre de l’Armée le 110e Régiment d’Infanterie :


« Régiment au brillant passé. Lancé dans la bataille défensive de fin mai 1918, a puissamment contribué à l’arrêt de l’ennemi ; n’a cessé de le harceler dans un secteur défensif très actif, lui reprenant des positions importantes. Puis, malgré les fatigues causées par deux mois de luttes continues, a pris une part des plus brillantes, sous le commandement du lieutenant-colonel Paillot, à l’offensive du 18 au 25 juillet, s’est emparé de tous ses objectifs (trois villages, dont une localité importante), âprement défendus pied à pied par un ennemi tenace. A fait une avance de 21 kilomètres en profondeur, capturant 234 prisonniers, 21 canons, 60 mitrailleuses avec un très nombreux matériel ».


Le 9 septembre 1918


Le Général commandant la 6e Armée


Signé : DEGOUTTE



Le Général, commandant la 10e Armée cite à l’ordre de l’Armée le 110e Régiment d’Infanterie :


« Régiment d’élite qui vient de prouver une fois de plus son ardeur offensive, son endurance et sa vigoureuse ténacité. Sous le commandement du lieutenant-colonel Paillot, du 20 au 31 août 1918, a pris part à la bataille ; s’est élancé à l’attaque de positions redoutables, les a enlevées, refoulant l’ennemi à 12 kilomètres, capturant à lui seul plus de 800 prisonniers, 11 canons, 130 mitrailleuses, et malgré les fatigues accablantes, après quatre jours de combats acharnés, a brisé net les attaques de la 1ere Division de la Garde prussienne, que l’ennemi avait été contraint d’amener à la hâte pour enrayer la marche victorieuse de la 2e Division »


Le 9 décembre 1918


Le Général commandant la 10e Armée


Signé : MANGIN

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire