La suite d'Histoires du Nord ...

jeudi 24 février 2011

Gui de Dampierre, le dernier Comte libre

A Dunkerque, une rue porte son nom depuis 1814… Gui de Dampierre fut le dernier des Comtes de Flandres encore indépendants du voisin français.

De toutes les régions d’Europe, deux sont en avance : l’Italie du Nord et … la Flandre. C’est qu’elle a des terres généralement fertiles, des paysans entreprenants et des bourgeois entrepreneurs et audacieux qui, en ville, ouvrent de nombreux ateliers. Pour des villes comme Hondschoote ou Bruges, pour les ports comme Dunkerque, le commerce est vital… Les Comtes comprennent parfaitement la situation de la Flandre, idéalement placée sur les grandes voies commerciales.

Une émancipation tardive

Né vers 1226, Gui de Dampierre est proclamé Comte de Flandre en 1253 par sa mère, Marguerite de Constantinople, mais il n’exerce réellement le pouvoir qu’à l’abdication de cette dernière en 1279. Durant tout ce temps, il apprend le dur exercice du pouvoir en suivant les ordres de « Marguerite la Noire »… Durant sa jeunesse, sa famille combat sans cesse les visées de la famille d’Avesnes pour la succession aux Comtés de Flandre et de Hainaut. Les deux familles se vouent une haine tenace mais acceptent le compromis élaboré par Saint-Louis en 1256. Gui a déjà été emprisonné pendant trois ans dans les geôles zélandaises après la bataille de Westkapelle sur l’ancienne île de Walcheren, captivité que la paix n’efface pas… Il lui faut gagner en puissance par la possession de nouvelles terres : en 1263, Gui rachète à Baudouin II de Courtenay les droits qu’il a sur le marquisat de Namur mais il entre en conflit avec Henri V de Luxembourg qui a conquis le fief convoité par le Flamand. La guerre commence mais les deux hommes se réconcilient. Le traité de paix qu’ils concluent est scellé par le mariage de Gui à la fille d’Henri, lequel renonce alors à ses droits sur Namur. Mais la Flandre n’est pas le monde, les temps sont difficiles pour la Chrétienté. Les Croisés ont perdu Jérusalem depuis longtemps et l’idéal des Croisades est un pieux souvenir… Saint-Louis ne peut que vouloir reprendre la ville trois fois sainte : ce qu’il a entrepris en Terre Sainte à la précédente croisade n’est plus… Il décide donc une dernière expédition ultramarine. Sa flotte mouille devant Tunis. Il met le siège devant la ville. Les Croisés subissent les assauts de la peste. Le Saint-Roi des Français s’éteint avant de revoir Jérusalem, la Croisade est morte sous le soleil tunisien… Gui de Dampierre peut revenir en Flandre…

Le Lys contre le Lion

Comme Comte, il privilégie le commerce de la laine avec l’Angleterre afin de garantir l’économie des villes drapières. Cherchant à contrôler les finances locales, il se heurte aux échevinages trop jaloux de leur pouvoir et qui prennent appui sur le Roi de France qui lorgne sur ces terres voisines, si riches et si peuplées. Le petit peuple prend position pour le Comte de Flandre, gardien de leurs intérêts. Les rois de France s’invitent dans la politique flamande quand, en 1297, Gui tente de marier sa fille Philippine à Edouard, héritier de la couronne d’Angleterre… Quel fantastique ensemble politique cela ferait ! C’en est trop pour le bouillant Philippe le Bel, son suzerain, qui entre alors en Flandre, place des garnisons dans les villes où il passe, se bat à Furnes et occupe le pays ! Gui, rebelle à ses engagements vassaliques, est emprisonné après s’être rendu avec deux de ses fils et cinquante chevaliers. C’est sans compter sur la colère du peuple qui gronde ! Au matin du vendredi 18 mai 1302, les matines de Bruges sont sanglantes : toute personne suspectée d’être partisan du Lys de France est massacrée par les fidèles du Comte. Il faut affronter l’armée royale. Trop confiants face à la piétaille flamande, les chevaliers de Philippe le Bel sont massacrés par les milices communales à la bataille de Courtrai le 11 juillet 1302. Ultime affront, les éperons d’or de la fine fleur de la chevalerie française sont alors pendus au plafond de l’Eglise Notre-Dame de Courtrai. Philippe le Bel tient sa revanche ! En 1304, ses navires défont d’abord la flotte de Gui au sud de la Hollande puis ses chevaliers écrasent les Flamands à la bataille de Mons-en-Pévèle le 18 août, sous une chaleur caniculaire… Gui de Dampierre a, depuis sa libération, confié le Comté à son fils Robert mais il est impuissant : les Français ont déjà pris le contrôle des Flandres… pour un temps ! Quant à Gui, il se constitue à nouveau prisonnier et meurt en captivité à Compiègne l’année suivante. Gui , l’âme de la lutte acharnée contre l’Ogre français, ne put garder la Flandre hors d’atteinte de son voisin.

1 commentaire:

  1. Je pense ne pas dire de bêtise .
    A Bergues une tour porte le nom de "Tour Guy de Dampierre".
    Adel

    RépondreSupprimer